Echo-Nature

La première balade de Clovis

Publié le 26 Juin 2013 par Eco-Nature in Mon jardin secret

 

577771 344027612363077 1640520963 n

 

Samedi 8 février 2013. Le jour décline et avec lui, Clovis commence à angoisser en faisant les cents pas. Sa respiration s'accélère et ses yeux roulent comme des billes en direction du plafond comme si il cherchait quelque chose. Je pense que l'aventure ne va pas être une mince affaire mais quoi de plus normal vu le stress qu'il a subit durant toute la journée et que son nouveau foyer lui est complètement inconnu. Je m'applique et essaie de faire de mon mieux en le rassurant un maximum et en le carressant. Le temps passe et rien ne s'arrange... il a les yeux comme ceux d'un chien fou et sa respiration se fait tellement halletante qu'il humidifie tout le corridor.

Il est déjà 22 heures et il m'est difficile de supporter celà plus longtemps car cela devient hyper stressant pour moi également. Peut-être qu'un petit bol d'air frais lui ferait le plus grand bien vu qu'à cette heure les rues sont déjà nettement plus calmes - c'est donc le moment rêvé pour l'initier à la promenade.

 

DSC04416

 

Comment faire pour qu'il accepte la laisse puisque à chaque fois que je m'approche de lui il recule d'un pas et se plaque contre le sol ? Je dois m'y reprendre jusqu'à quatre fois pour parvenir à lui passer le collier autour du cou alors que d'un bond il fuit à l'autre bout de la pièce. Finalement, avec énormément de patience j'arrive à lui faire également accepter la laisse.

Au plus je l'observe, au plus je comprends ce que les responsables du refuge m'ont expliqué : Clovis présente un véritable traumatisme et ne connait rien hormis ce qu'on lui a enseigné au refuge.   

Malgré tout, je suis encore loin de me douter de tout ce que je vais devoir affronter dans les mois à venir. Mais bon, celà fait partie de son histoire ainsi que de la mienne et qu'est-ce-que je donnerais pour qu'il aille rapidement mieux. 

 

DSC04414

 

Après m'être véritablement battue avec lui pour qu'il accepte le collier et la laisse, Clovis me regarde avec ses deux grands yeux remplis d'une infinie tristesse comme pour me demander ce qui va advenir de lui.

C'est la queue entre les pattes qu'il accepte finalement de me suivre tout en s'arrêtant net sur le pas de la porte. Le fait d'être attaché le perturbe, il se méfie même de moi alors que j'essaie de le convaincre en tirant doucement sur la laisse et en l'invitant à me suivre.

Yess l'affaire est faite et je me réjouis d'enfin pouvoir mettre le nez dehors. Grâce à mes expériences canines précédentes, je m'applique à essayer de faire comprendre à Clovis qu'il doit rester à ma gauche, ce qui n'a vraiment pas l'air de le contrarier. Génial me dis-je il comprend assez vite et ne tire pas sur la laisse ce qui est déjà une excellente chose.

Nous avançons péniblement en direction du coin de la rue quand tout à coup un véhicule s'arrête à notre hauteur. Clovis stoppe net et se colle à moi avec énormément de force. Il est tellement terrorisé que tout son corps est parcouru de tremblements. Sans hésiter une seconde je le rassure à nouveau en lui répétant sans cesse : "Ca va aller Clovis ce n'est rien... c'est juste une voiture" et les deux passagers du véhicule me regardent interloqués en découvrant Clovis plaqué au sol comme un chien battu. Les gens ne comprennent pas - et puis comment le pourraient-ils d'ailleurs ? A ceux qui semblent intéressés par ce qui se passe j'explique l'histoire de mon gamin et l'échange se fait dans de vives émotions - personne ne comprend comme cela a été possible et comment une telle personne qui se pétend éleveur a pu agir de la sorte.... c'est la stupéfaction totale. Passées ces explications, la majorité des personnes me souhaite bonne chance et surtout beaucoup de courage pour la suite. Heureusement pour moi qu'à ce moment là je ne me rends pas encore tout à fait compte de l'aventure dans laquelle je me suis embarquée!

 

DSC04442   

La balade est tout sauf une partie de plaisir car Clovis sursaute au moindre bruit de voiture, de portières ou de fenêtres qui claquent. J'ai beau le rassurer autant que possible c'est une boule de nerfs et il ne me lâche pas d'une semelle. Heureusement, la chance est de mon côté car il ne tire pas du tout sur sa laisse et malgré le fait que j'ai toujours possédé de très grands chiens (un berger d'Anatolie femelle de 47 kilos et un dogue Allemand femelle de 72 kilos) je n'ose imaginer ce qui pourrait se passer si Clovis venait soudainement à piquer un sprint.  

Notre balade se fait à petits pas et je prends vraiment le temps pour qu'il découvre son nouvel environnement. Je remarque très rapidement qu'il ne supporte pas que quelqu'un arrive par l'arrière et surtout du côté gauche. Il n'arrête pas de se retourner et s'emmêle avec la laisse tout en me poussant de toutes ses forces vers la droite. Sans doute que quand l'éleveur venait le chercher il le faisait de cette façon. Le comble de l'horreur : il sursaute quand je lui fait une carresse de ce côté pour l'encourager. 

 

DSC09779-001

 

1001 idées me trottent en tête et je n'arrive pas à croire que l'adoption est faite et que je me suis lançée dans cette folle aventure. Je suis super heureuse d'avoir eu la chance qu'il m'accepte mais je ne peux cependant m'empêcher de douter. N'était-ce pas une folie ? Après tout, je ne connais rien de lui excepté qu'il a vécu l'enfer et je n'ai pas la moindre idée de la façon dont il va se comporter. Comment faire si il ne s'habitue pas et reste à tout jamais terrorisé toute sa vie ? Comment agir au quotidien ? Que faire si un beau jour il se retourne sur moi ? 

Second gros stress au détour d'une rue car quelqu'un vient de claquer la porte de sa voiture et Clovis bondit en avant. Son étrangleur l'arrête net et il se plaque à nouveau au sol. Je prends mon courage à deux mains et essaie de la calmer en le caressant sans cesse et en lui répétant : "Ce n'est rien Clovis, ca va aller... celà va passer" mais c'est comme si il n'entendait rien et il s'agrippe de tous ses crocs au trottoir. Ses tremblements parcourent toute ma jambe et je me rends compte que son poids peut facilement me faire basculer. Self-contrôle, patience, encouragements, carresses et douceur finiront par le calmer sous l'incompréhension totale de mon voisin. Ah lala manque de bol j'avais déjà oublié que Clovis a une peur panique des hommes, des voix et des comportements masculins. L'homme s'exprime d'une très grosse voix et là, stupéfaction - Clovis m'entraîne de force dans l'autre sens et c'est un peu catastrophée que j'explique en vitesse ce qui se passe tout en essayant de contenir un chien qui ne désire qu'une seule chose : disparaître et aller se cacher le plus rapidement possible!

 

550331 430126493716571 737937182 n

 

Après quelques minutes interminables Clovis prend sur lui et recommence à avancer... la rue est à nouveau maintenant beaucoup plus calme. Malheureusement, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire Clovis saute en l'air, fait un tour sur lui-même et m'entraîne sur plusieurs mètres. Merde, un petit malin vient de faire des pétards! Clovis me tire de plus en plus fort et j'ai beau lui parler et le caresser il m'est très difficile de le retenir. Je donne deux coups secs sur l'étrangleur en disant son nom rien à faire il devient comme fou et amorce une descente vertigineuse vers un garage en contrebas. Deux choix s'offrent à moi : lâcher la laisse ou le suivre et c'est ce que je fait en atterrissant comme lui, la tête la première dans la haie qui fait office de clôture.

Je suis dans tous mes états et j'ai beau répéter son nom rien n'y fait. D'un coup sec je tire à nouveau de façon beaucoup plus violente sur la laisse et il s'immobilise enfin à moitié étranglé!

Pas le temps de souffler... les pétards explosent en tous sens et je maudis l'imbécile du coin. En une fraction de seconde Clovis repart sur sa lancée en direction d'une porte vitrée et c'est là que j'ai la peur de ma vie car il est presque impossible de le retenir d'avantage. Que faire ?

Mes chaussures glissent sur le gravier puis sur les dalles de béton, mon coeur s'accélère... Clovis devient comme une furie et s'emmêle avec sa laisse - il passe derrière moi en manquant de me faire basculer et repart encore de plus belle. Mais où et comment cela va-t-il finir ?

 

DSC04425

 

Je ne vois qu'elle : la porte vitrée - je dois lâcher cette laisse sinon c'est l'accident assuré! Et puis un véritable miracle a eu lieu, un signe du destin : je me jette sur clovis en l'entourant de mes bras et en lui cachant la tête sous ma veste. Je n'arrête pas de lui répéter à l'oreille que tout va rentrer dans l'ordre et je le serre aussi fort que je peux tout lui carressant constamment le ventre. Clovis et moi restons ainsi collés l'un à l'autre pendant plus de 5 minutes qui me parurent une éternité.

La magie a opéré - les pétards se sont arrêtés... Clovis reste enfuis sous ma veste et je suis innondée de sa peur et de sa salive. Petit à petit il se calme un peu mais reste toujours secoué de tremblements.  

Nous sommes à moins de 300 mètres de chez moi et je me dis que c'est le moment d'avancer avec pour seul objectif : nous ramener tous les deux sains et sauf à la maison.

Chaque minute compte pour éviter à tout prix une seconde série dep pétards... remonter rapidement la côte, passer le coin de la rue en espérant ne plus rencontrer d'obstacle - ras le bol des voitures et vivement que l'on arrive à la maison. Ouf çà y est j'insère la clé dans la serrure - nous sommes en lieu sûr.

Et voilà qui clôture notre première balade que l'on peut qualifier de balade extrême mais bon, nous avons réussi notre premier challenge et c'est tout ce qui compte!

 

DSC04424        

Commenter cet article

Virginie 28/06/2013 10:40

N'hésitez pas à me contacter par mail pticolibri69@hotmail.com, qui sait on n'a peut-être déjà traversé certaines épreuves qui font encore preuve à Clovis ;), si on peut l'aider ça sera avec
plaisir!

Eco-Nature 28/06/2013 11:05



Bonjour,


Je garde vos coordonnées au cas où et encore un tout grand merci pour les nombreux conseils - A très bientôt



Virginie 27/06/2013 05:13

Si je peux me permettre de partager mon expérience, il est plus facile pr le maître et plus confortable et réconfortant pour le chien d'avoir un harnais. Pour les chiens que nous avons
resociabilisé du même éleveur, nous les avons équipé d'un collier et d'un harnais. On les a laissé vivre avec le temps qu'ils s'habituent à leur contact sur la peau et qu'ils bougent avec
l'équipement. Ensuite la laisse (à double accroche) d'abord en endroit fermé maison ou jardin pour terminer sur la rue. Là on doit anticiper tout voiture, personne, autre chien, vélo... On leur
demande de s'assoir à côté de nous (main posée sur eux s'ils apprécient) en disant attends voiture (par exemple) on leur laisse observer la voiture passer et tout le temps on encourage c'est bien
t'es sage et puis on redémarre qd l'obstacle est passé. A force ils marquaient l'arrêt en nous regardant qd une voiture passé on disait c'est bien. Plus de tremblements et faisaient aller leur
queue parce qu'on les félicitait :) Le genre d'exercice qui les épuisent tellement ils doivent prendre sur eux, voilà pourquoi on ne faisait pas de balade de plus d'une demi-heure au début.
Maintenant ils sont chez leur maître respectif affalé dans le divan pour la plupart et profitant de balades de plusieurs heures sans souci. Courage Clovis toi aussi tu finiras par apprécier les
balades avec les rencontres improvisées ;)

Eco-Nature 27/06/2013 11:55



Bonjour Madame,


Un tout grand merci pour ce partage d'expérience qui me réconforte après des mois de dur labeur! Pour votre information, les notes publiées maintenant sont un peu en décalage avec la réalité car
je n'ai pas eu beaucoup de temps au début pour rédiger ses aventures  et je veux que vous sachiez que de tout a bien changé. Même si Clovis reste encore très méfiant dans certaines
situations il ne panique plus. C'est  vrai que le harnais m'aurait été d'une très grande utilité au début mais aujourd'hui je doute qu'il soit encore utile car il ne tire plus du tout
et marche au pas à côté de moi. C'est vrai que comme vous le dites, il me faut toujours anticiper mais c'est devenu une habitude de balade aujourd'hui  . J'applique exactement ce que vous me dites en lui expliquant tout, en le rassurant et en le félicitant. Pour ce qui en est
de le faire asseoir c'est encore impossible pour l'instant il refuse mais je pense par contre qu'il va bientôt finir par donner la patte. Je remarque également qu'il me regarde pour se
rassurer et puis quand je l'entraîne après l'obstacle passé il ne reste plus prostré et et redémarre beaucoup plus rapidement qu'avant - Comme il commence à avoir nettement plus confiance en lui
il se laisse approcher et parfois même carresser  comme quoi tout est possible. Ces 4 mois ont été de la folie
et je vous passe les détails car il ne connaissait pas les bruits au quotidien et au début, il avait même peur du bruit de ses croquettes dans sa gamelle et de l'eau qui coule du robinet!!! Celà
n'a vraiment pas été facile mais après ces 4 mois de dingue je peux vous dire qu'aujourd'hui cela va beaucoup mieux.  Merci encore pour vos encouragements et votre aide tellement précieuse.
A très bientôt